4 facteurs inattendus qui augmentent le risque de souffrir d’une crise cardiaque.

La plupart d’entre nous pensons à tort qu’une crise cardiaque n’arrive qu’en raison de certaines maladies spécifiques, d’un intense état de stress ou d’un âge avancé. Cela est vrai en partie, mais les personnes jeunes et en bonne santé devraient également être conscientes du danger potentiel : le corps nous envoie souvent des signaux d’alarmes plusieurs semaines avant qu’une crise ne se produise. Que devrions-nous savoir pour en éviter les conséquences tragiques ?

Une crise cardiaque correspond à un syndrome coronaire aiguë, lequel entraîne un spasme ou une occlusion cardiovasculaire, ce qui affecte l’apport sanguin au cœur en plus d’une importante augmentation des besoins en oxygène (par exemple en raison d’une athérosclérose), lesquels sont impossibles à satisfaire. Ce trouble peut alors provoquer la “mort” d’une certaine portion du muscle cardiaque, également connue comme “infarctus du myocarde”. À l’approche de ce problème, la personne ressentira généralement une sensation de pression ainsi qu’une douleur dans la poitrine et s’étendant jusqu’au cou, à la mâchoire, les bras et le dos (principalement dans le côté gauche du corps).

Les symptômes les plus courants d’une crise cardiaque sont les suivants :

  • Une intense douleur dans la poitrine ;
  • un souffle court et des difficultés à respirer ;
  • la peau du visage et pâle ou affiche une teinte grisâtre ;
  • un étourdissement et de la confusion ;
  • la présence d’une toux ;
  • des nausées ou vomissements ;
  • une douleur abdominale ;
  • une transpiration collante ;
  • une peur intense ou un pressentiment de mort imminente.

En plus des facteurs de l’âge, d’une mauvaise hygiène de vie (comme le tabagisme, la consommation de drogues ou d’alcool et le manque d’exercice physique), ainsi que de certaines maladies (telles que des maladies auto-immunes ou le cancer), les risques de souffrir d’une crise cardiaque sont également accrus par des éléments que beaucoup n’auraient jamais associés aux maladies cardiovasculaires.

1. Un changement dans la routine d’exercice

L’exercice physique est indéniablement nécessaire pour rester en bonne santé. Cependant, il est important d’élaborer sa routine avec l’aide d’un entraîneur qualifié et d’un médecin du sport ou autre médecin traitant. Le risque de crise cardiaque peut augmenter suite à un changement drastique d’exercice, par exemple de passer rapidement d’une session de cardio à de l’haltérophilie intense.



1 of 2

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here